Alexix et Andreax dans le grand nord (14 et 15 juin 2008)…

Mise à jour : 17 juin 2008



L'annulation du concours F3F des Asturies ne nous permettait pas d'avoir les 3 résultats nécessaires au classement Eurotour.
Ayant alors 2 résultats en poche(la Muela et St Ferriol), la possibilité pour Andréas d'avoir un rendez vous professionnel à Hamburg juste après la compétition était l'occasion de nous rendre a Hanstholm.
Lieu mythique du F3F, Hanstholm fut le berceau du F3F ou les Danois se piquèrent au jeu des bases en vol de pente au début des années 80 (avec des planeurs en structure…).
La première Viking Race y fut organisée en 1986 avec un petit nombre de passionnés, une 20aine au plus…
Aucun Gaulois ne s'était encore aventuré a Hanstholm, c'était l'occasion !

Alliajs

Décision prise un peu précipitamment, je réserve fissa un vol Toulouse Hamburg aller-retour et file chez Andréas lui passer mes planeurs, caisse de terrain et autres couettes.
Cette escapade dans le grand nord s'annonce grandiose, une poignée d'Allemands forts sympathiques nous invite dans le chalet qu'ils ont réservés pour l'occasion.
Vendredi 13 a 13h13 me voici dans un A313+6 en direction d'Hamburg ; l'approche vent de travers fût particulièrement houleuse, fort heureusement tout c'est bien passé…
Andréas a pris rapidement le relais au volant de sa Passat aux trajectoires tendues et aux virages sans perte de vitesse sur route mouillée…
Nous arrivons sains et sauf à Hanstholm vers 21h00, juste le temps d'un petit vol au dessus du port, dans un vent de 15 a 20m/s, turbulent à souhait.
Pour conjurer le sort, le Capuccino d'Andréas se fait embarquer et se pose sans visibilité à 300m de là sans bobos. Les Vendredi 13 finalement c'est bon pour l'adrénaline…
Petite soirée Barbecue fort sympathique avec nos amis Allemands (au Danemark seul le Barbecue est dehors, même en juin ça caille trop pour manger dans le jardin). Le soleil se couche a 23h passées et il fait encore jour à minuit.
Après une trop courte nuit (à 3h30 il fait déjà bien jour) nous voici à 8h30 au briefing pour distribution des dossards et autres discours réglementaires.

Une heure plus tard nous voici bien emmitouflés sur la pente (vent 6 à 8m/s annoncé forcissant), bien déçus de constater que la mer n'est pas au pied de celle-ci mais à plusieurs kilomètres (Andréas a pris ses palmes pour rien…).

La crète est bien droite (maintenue ainsi par d'indestructibles blockhaus), relativement raide (dénivelé total : une trentaine de mètres), mais une haie de cyprés en contrebas nous laisse présager de fortes turbulences, un comble pour le bord de mer.
site

pente

Qu'à cela ne tienne, chauds comme la braise nous voici en train d'étudier le relief afin d'établir les stratégies de vol, de la prise d'altitude aux trajectoires des virages et quantité de ballast.

base
Un Caldéra, celui de Stephan Goëble, le maitre des coupes

Heureusement c'est le numéro 6 qui s'y colle, étant 18 et 24 ça nous laisse un peu de temps pour regarder comment s'y prennent les locaux.
Il semblerait que nous sommes les seuls à découvrir le spot, les Allemands au nombre de 13 y ont apparemment tous déjà volé.
Comme à l'accoutumée les Danois volent à la Danoise et les Allemands à l'Allemande …

Andreas

Alexis
Notez la grâce du pilote, avec la couleur du planeur ça en jette non

Après 2 manches dans des conditions très turbulentes, en volant à qui mieux mieux, en imitant nos amis Vikings, force est de constater que les conditions sont tellement hachées que rien ne sert d'aller chercher un effet de gradient en s'éloignant de la pente pour le virage. La distance la plus rapide reste la plus courte, à savoir la ligne droite entre 2 points…
Les conditions forcissent pour passer entre 10 à 15 m/s, les conditions sont moins aléatoires et les chronos plus réguliers.
Après la 3eme manche et une pause casse croute de 20 minutes la compétition reprend de plus belle, le vent est stable et les turbulences moins fortes.
Le temps est toujours frais, et nous essuyons quelques averses passagères, les interruptions sont de quelques minutes à chaque fois, le rituel des planeurs et pilotes sous les baches est rodé rapidement.
base
Tout est bien empilé, et hop, on rabat la bache par dessus...

En revanche en avançant dans l'après midi les thermiques d'abord légers deviennent de plus en plus violents, Helge Borchert déjà bien en avance tape un 38s avec des chronos moyens en 50s.
18h, fin de la première journée, déjà 9 manches de pliées, Andréas a eu des conditions particulièrement médiocres et s'enfonce dans le classement malgré des vols tout à fait corrects.
Personnellement après 2 vols passables dans des conditions particulièrement difficiles je me ressaisi et enchaîne 7 vols de très bonne qualité.

groupe
Les affiches du conseil régional n'étant pas prètes à temps pour l'open de St Ferriol,
on a profité de la photo de groupe pour faire du zèle auprés de l'administration...

Le soir, tous les pilotes sont conviés chez l'organisateur Jorgen Larsen, dont l'épouse a concocté un superbe barbecue buffet, l'ambiance est excellente et tout le monde est ravi.
Au classement général Helge Borchert est premier avec une bonne avance, suivi de Kaj Hielsen, le Capitaine Haddock des Danois, et Philip Kalensky.
Je me retrouve 5eme et Andréas 14eme, les conditions sont moins optimistes pour le lendemain mais on devrait pouvoir faire quelques manches.

Dimanche matin le concours redémarre sur la même pente vers 11h après un début de matinée pluvieux.
4 manches de plus sont courrues dans un vent plutôt faible (3 à 6m/s), avec des variations de portance énormes d'un pilote à l'autre.
Andréas et moi effectuons nos 3 premiers vols très correctement dans des conditions convenables, Helge n'aura pas de thermique.
Le moral est au beau fixe, nous remontons doucement dans les points.
La dernière manche de la compétition est lancée, Helge s'offre un gros thermique et vole en 43s, Siegfried qui vole devant moi sort un 43s également, je reste motivé quand Axel Barnitzke lance mon planeur, et catastrophe il s'effondre pendant la prise d'altitude.
Je vole au raz de la crète, anticipe au maximum les bases et doit me contenter d'un 63s, je suis anéanti…
Andréas sort un 57s, soit 762 points, ça fait mal…

podium Dieter
Un Podium Européen, Allemand, Danois, Tchèque - Dieter Perlick, Eurotour manager

Et voilà, Hanstholm 2008 c'est fini.
L'organisation de ce concours était simple, composées d'une équipe de 5 personne, 4 juges et 1 directeur de course, pas de plan de sécurité ni de girouette, une ambiance générale sportive et bon enfant.
Notre seul regret aura été de ne pas voler juste au dessus de la mer, dans des conditions homogènes telles qu'on les rencontre à Rugen, mais le concours aura été validé, et nous avons maintenant nos 3 résultats Eurotour.
Un très grand merci a Jorgen et ses acolytes pour avoir organisé ce concours pour les Européens (les Danois participants n'étaient que 3).

Résultats :
résultats