F3F au pays des Vikings ; au bord de la mer baltique...

les 8 et 9 octobre 2005
(mise à jour : 16 novembre 2005)



Merci beaucoup à Espen TORP pour ces quelques photos :





Aller aux résultats

Récit d'Alexis MARECHAL


C'est après avoir pris une sérieuse déculottée en octobre 2004 lors de la Viking Race sur la presqu'île de Rugen au nord de l'Allemagne qu'Andréas FRICKE et moi décidions au printemps de remettre ça lors du championnat d'Allemagne au même endroit les 8 et 9 octobre 2005.

Andréas a pu profiter d'un déplacement professionnel pour se rendre en ex-Allemagne de l'Est en voiture, ayant pris soin de transporter mes planeurs.
Mercredi 5 octobre il vient me récupérer à l'aéroport de Berlin ; direction Cape Arkona, le haut lieu du F3F Allemand, ou nous arrivons dans la soirée.

Dès jeudi matin les bases sont installées, permettant à bon nombre de compétiteurs déjà sur place d'accumuler les vols d'entraînement ; les pilotes se relayant aux bases.
Nous avons dû faire une bonne 10aine de série de 3 runs chacun, nous permettant de nous refamiliariser avec les conditions de vol en bord de mer.
Les frères Herrig sont présents et nous donnent dores et déjà le ton ; ils nous collent entre 5 et 10 secondes dans la vue à chaque vol…
Vers 17h l'humidité commence a tomber et je suis victime de tops radio ; essayant rapidement d'aller atterrir je perd le contrôle de mon planeur qui vient se planter, sous mes yeux, d'une bonne trentaine de mètres de hauteur.
Je vis alors un grand moment de solitude en récupérant les morceaux… le fuselage et les stabs sont intacts (heureusement la terre était meuble), par contre l'aile est en piteux état ; tous les fourreaux d'aile sont décollés.
C'est alors que s'est joué une course contre la montre : se procurer de la résine (heureusement un allemand avait le nécessaire) ; trouver un magasin de bricolage pour acheter des planches de contreplaqué, des pinces et serres joints, du scotch d'emballage…
Toute la soirée et une partie de la nuit seront consacrés à la réparation de l'aile et finalement à 9h30 le lendemain je réajustais les neutres des servos en fonction des nouvelles commandes d'ailerons et volet !

La 2eme journée d'entraînement commence ; 80% des pilotes sont présents et on passe dans l'ordre prévu pour le lendemain faisant chacun des séries de 3 runs.
Le vent oscille entre 7 et 10m/s sur la pente la plus utilisée l'an dernier.
Les trajectoires deviennent efficaces, les anticipations correctes et nous nous réjouissons de constater que l'écart de la veille se réduit sensiblement ; on tourne entre 50 et 53s, Andréas se permet le luxe de descendre a 48s ; alors que le meilleur temps de la journée est de 46s.
Le moral est au beau fixe et nous passons une agréable soirée, osant imaginer que la déculottée n'est plus au programme, oubliant même d'aller acheter de la vaseline pour le lendemain…

Samedi matin ; briefing à 7h30 ; le vent a légèrement tourné au sud est ; nous irons sur la pente de la veille mais avec les bases déplacées.
Le vent est plus faible et les prévisions l'annoncent faiblissant.
Les chronos sont très moyen ; les grandes machines type F3B sont plus a l'aise que les petites.
Je vole en 56s dans des conditions médiocres (meilleur temps 48s) je suis décomposé, alors qu'Andréas vole en 61 avec 2 coupes ; les espoirs de la veille se sont envolés…
Encore un grand moment de solitude, celui-ci ressemble à s'y méprendre à la descente aux enfers de l'année dernière…
Andréas se ressaisit rapidement et ses 2 vols suivants seront parfait, autant au niveau des anticipations que des " virages à l'allemande ".
Je pars dans des conditions médiocres lors de mes vols 2 et 3 et je fait une coupe a chaque vol…
Le classement provisoire tombe ; Andréas est 25ieme et moi 30ieme.
C'est alors que l'ordre de départ des pilotes est l'inverse du classement provisoire ; et ce sera ainsi jusqu'à la dernière manche…
Les manches 4 et 5 se déroulent beaucoup mieux pour moi ; et toujours aussi bien pour Andréas qui se retrouve 18eme après la manche 5 alors que je suis remonté 26eme.

Le niveau est extrêmement haut ; je savais que 5 ou 6 Allemands étaient intouchables mais je n'avais pas imaginé que ceux qui n'avaient pas été qualifiés pour la VR 2004 pilotaient aussi bien !
Les petites conditions sont particulièrement favorables aux machines F3B utilisées, parfaitement maîtrisées par leur pilotes (3 Crossfire ; 2 Choker et 4 Freestyler ; 3 Masterpiece persos et pas mal d'autres machines).
Dieter Perlick par exemple volera avec son F3B plutôt qu'avec son Caldera pourtant prévu pour le F3F.
L'Ellipse2 sera le planeur le plus représenté (au moins 5), il est loin d'être dépassé, en tout cas dans les conditions que nous avons eu.
La manche 6 sera courue avec un vent très faible ; une 15aine de pilotes voleront avec un vent de 2m/s.
Suite a une réclamation déposée par plusieurs pilotes elle sera annulée ; dommage j'étais remonté 24eme…

Dimanche matin le vent ayant tourné au sud nous volerons sur la dernière pente du coté est de la presqu'ile ; le vent est légèrement décalé par rapport à la pente, et oscillera entre 3 et 6m/s tout au long de la matinée jouant avec les nerfs des pilotes.
Je n'ai vraiment pas de chance ; je vole à 2 reprises dans un vent faiblissant alors que quelques pilotes plus tôt il était bien plus consistant ; et malgré 2 excellents vols je n'arrive pas à remonter dans le classement et me fait même passer par quelques pilotes.
Andréas fait un premier vol correct dans des conditions peu favorables et un 2eme vol avec un vent de 3m/s ; perdant son sang froid il rate une base et vole en plus de 80 secondes ; il dégringole au classement.
Il manquera encore de chance au dernier vol ou il a même du mal à tenir a la crête ; quand à moi ayant des conditions un peu meilleures je sauve les meubles et remonte un peu au classement.
Et voilà, finalement Andréas termine 31eme et moi 27eme.

Dès la modification de passage de l'ordre des pilotes en fonction du classement inverse on retrouve les meilleurs en tête ; les Herrig, les Kowalski, Perlick, Borchert et les danois Jorgen Larsen et Knud Hebsgaard.
A partir de la 5eme manche les frères Herrig garderont la tête et se disputeront la victoire finale (moins de 4 points d'écart sur 7000) ; ils sont aussi bons et réguliers que la perfection de leurs planeurs ; étant donné leur âge on risque de les retrouver en tête un moment…
Le passage en fonction du classement est vraiment chouette car il permet aux pilotes de niveau équivalents de se tirer la bourre et de garder le meilleur pour la fin ; en revanche cela demande beaucoup de discipline et d'attention de la part des pilotes et fait perdre plusieurs minutes entre chaque manche.
Je pense que ce peut être adapté en ne modifiant l'ordre de passage qu'une fois par jour.

Ramené à 1000, seul le dernier pilote n'a pas 800 points (il a endommagé son planeur...), c'est dire l'homogénéité des concurrents ; les écarts sont beaucoup moins grands que lors de la VR 2004 !



Classement :

1 Martin Herrig
2 Andreas Herrig
3 Dieter Perlick
4 Franz Demmler
5 Klaus Kowalski
6 Peter Kowalski
7 Siegfried Schedel
8 Helge Brochert
9 Jorgen Larsen
10 Knud Hebsgaard
11 Stefan Eder
12 Frank Droge
13 Espen Torp
14 Christian Fiedler
15 Armin Hortitz
...
27 Alexis Maréchal
...
31 Andréas Fricke


6782
6776
6672
6610
6577
6572
6545
6523
6512
6506
6485
6476
6472
6427
6426

6111

6091

1000
999
983
974
970
969
965
962
960
959
956
955
954
948
947

901

898
Au total : 42 participants - 33 Allemands, 3 Autrichiens, 3 Danois, 2 Français et 1 Norvégien.